Vers une interprofession Nationale des acteurs de L’Anacarde

Fatick, 2 jan (APS) – Une interprofession nationale des acteurs de la filière anacarde sera prochainement mise en place pour la valorisation du potentiel du secteur, a-t-on appris du coordonnateur du Programme de développement intégré de Fatick, Mountaga Diallo.


« Cette interprofession nationale des acteurs de la filière anacarde va prochainement, en rapport avec le ministère de tutelle, voir le jour pour qu’on puisse davantage valoriser le potentiel du secteur », a dit M. Diallo. Il s’entretenait avec des journalistes, mercredi, lors d’une rencontre portant sur l’installation des membres du bureau du collège des acteurs transformateurs de la filière.

 « Avant l’installation de ce collège des transformateurs, nousavons mis en place le maillon du collège des producteurs constitué d’un bureau de 9 membres, avec une assemblée de 27 délégués qui viennent des trois zones de production d’anacardedu Sénégal », a-t-il expliqué. Il a cité le Sine-Saloum (Fatick-Kaolack), la Casamance (Ziguinchor, Sédhiou, Kolda et les Niayes, entre les régions de Dakar et Thiès.

 « Après l’installation des collèges de transformateurs et de producteurs d’anacarde à Fatick, nous avons par ailleurs procédé à l’installation du collège des acteurs commerçants de la filière, à Kolda », a indiqué Mountaga Diallo. Selon lui, la mise en place successive de ces collèges d’acteurs de la filière anacarde, s’inscrit dans le cadre de la mise en place prochaine d’une interprofession nationale des acteurs de la filière anacarde.

 « Cette interprofession sera constituée des trois maillons de la filière anacarde, à savoir le maillon des producteurs, des transformateurs et celui des commerçants », a-t-il précisé. « Son rôle sera de porter un plaidoyer auprès des acteurs étatiques et des partenaires stratégiques du développement en vue d’une valorisation du potentiel de cette filière », a indiqué M. Diallo.

 « L’anacarde, a-t-il relevé, présente un important potentiel mais la valorisation de ce potentiel se heurte à plusieurs contraintes politiques, institutionnelles, techniques et financières’’.  « Donc, il est important que les acteurs eux-mêmes portent le plaidoyer à travers une instance représentative en direction des autorités et partenaires pour qu’on puisse davantage valoriser son potentiel », a poursuivi le coordonnateur du Programme de développement intégré de Fatick.

 Mountaga Diallo souhaite par ailleurs que les acteurs de la filière anacarde puissent être dotés d’équipements modernes de transformation à grande échelle. « Le Sénégal exporte en produit brut l’anacarde mais l’idéal, c’est d’aller vers la transformation pour apporter une valeur ajoutée », a-t-il conclu.  

AB/BK

3 janvier 2020 14 h 07 min